Le monnayage mécanique sous Louis XIII

Jean Varin, de l’homme à la légende 2/7

0 110

Pour en comprendre les tenants et les aboutissants, il nous faut remonter jusqu’en 1550 alors qu’Henri II envoya Aubin Olivier, un mécanicien français, à Augsbourg. Celui-ci avait entendu dire qu’un orfèvre du nom de Marx Schwab, utilisait pour ses fabrications de bien étranges machines, à savoir laminoirs, coupoirs et balancier.

Au bout de quelques mois, le bon Oliver revint à Paris avec son nouveau Matériel, qu’il installa dans un atelier qui prit le nom de Monnaie du Moulin. L’atelier poursuivit une activité réduite sous Charles IX, et lorsque le pauvre Aubin essaya d’obtenir une fabrication plus importante, la Cour des Monnaies, puissante institution s’il en était, freina des quatre fers, vigoureusement soutenue par les ouvriers monnayeurs qui craignaient de perdre leur travail et d’être remplacés — déjà à l’époque ! — par des machines ou tant s’en fallait.

Louis XIII. Essai à la Moneta, 1641. (Cabinet des Médailles,BNF | Photo F.Neuwald)

En 1585, un décret du roi Henri III interdisant la fabrication des pièces d’or, d’argent et de billon à l’atelier des étuves brisa définitivement les rêves de mécanisation d’Aubin Olivier.

Vers 1600 l’atelier fut transféré au rez-de-chaussée de la Grande galerie du Louvre, où on ne lui confia plus que la frappe de monnaies communes, le plus souvent provinciales, les autres étant réservées à la frappe au marteau.

En 1608 Nicolas Briot, Tailleur Général des Monnaies de France, essaya à son tour d’imposer la mécanisation en faisant abroger le décret de 1585, mais tout comme Olivier, il sera brisé par les Conseillers de la Cour des Monnaies.

Quelques années plus tard, Jean Varin prend le relais. Convaincu de la supériorité de fabrication mécanique, il fléchit le roi et réussit, pour ainsi dire, l’impossible : il obtient l’abrogation du décret de 1585 et, en 1639, la réouverture de la Monnaie du Moulin de Paris !

L’histoire de dit pas si les ouvriers monnayeurs furent réduits au chômage en masse… mais c’est fort peu probable.

Merci au Cabinet des Médailles de Paris, la Monnaie de Paris et aux collectionneurs privés qui nous ont permis de prendre les photos illustrant cet article ainsi qu’à tous ceux qui en ont permis la réalisation (L. Cléaud, B. Fouvier, J.P. Garnier, M. Amandry, M. Dhénin et ceux qui ont dû rester anonymes).

Cristina Rodriguez

Article précédemment publié dans Numismatique et Change N°366 – Décembre 2005

Galerie de Jean Varin

À lire sur le même sujet

Jean Varin, de l’homme à la légende

Descendant d'une famille de sculpteurs et de médaillistes, Jean Varin est célèbre pour les oeuvres qu’il exécuta sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, mais il est aussi l’homme sous la pression duquel se généralisera, dans les…
Lire la suite...

Le monnayage mécanique sous Louis XIII

Pour en comprendre les tenants et les aboutissants, il nous faut remonter jusqu’en 1550 alors qu’Henri II envoya Aubin Olivier, un mécanicien français, à Augsbourg. Celui-ci avait entendu dire qu'un orfèvre du nom de Marx Schwab, utilisait…
Lire la suite...

Varin au sein de la réforme monétaire

Ce que l'on appelle « la réforme de Louis XIII de 1640 » est en fait l'évolution logique de la mécanisation du monnayage. Le commerce et l’industrie se développant, il fallut augmenter la production pour palier les manques et faciliter…
Lire la suite...

Dérives sémantiques…

« Premier poinçon » et « deuxième poinçon ». Voici comment certains nomment respectivement l’effigie de Louis XIII au buste entièrement drapé à l'antique réalisée par Jean Varin, et le même Louis au buste drapé et cuirassé. «…
Lire la suite...

10 louis 1640 : une monnaie mythique

Le 10 louis 1640 à l'effigie de Louis XIII gravée par Jean Varin est la plus lourde monnaie d'or royale française. Elle pèse plus de 66 grammes et mesure près de 4,50 cm de diamètre. Ici, dans la paume de ma main, vous pouvez vous rendre…
Lire la suite...

Jean Varin, faux monnayeur ?

0Tout a commencé par un pavé dans la mare lancé par Tallemant les Réaux dans ses Historiettes (1). Il y accuse ouvertement Jean Varin d'avoir fait de la fausse monnaie avant de venir en France. Le célèbre graveur aurait-il eu une âme de…
Lire la suite...

Les génies se trompent aussi…

Un article dans le Bulletin de la Société Française de Numismatique de décembre 2001 faisait état de la communication de Jean-Pierre Garnier au sujet de la monnaie que vous pouvez voir ici. Elle vous parait tout à fait normale ?…
Lire la suite...
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.