La dynastie Barre : Désiré-Albert Barre

(6 mai 1818 - 29 décembre 1878)

0 324

Deuxième fils de Jacques-Jean, il se passionna dès son plus jeune âge pour la peinture. Le peintre Paul Delaroche, grand ami de son père, le prendra d’ailleurs comme élève une fois adulte.

Passionné d’art classique et d’antiquité, Désiré-Albert multipliera les voyages en Italie et en Grèce. Henri Regnoul-Barre précise d’ailleurs qu’il effectua le premier déplacement en compagnie de son frère Auguste, sculpteur, et de son maître Paul Delaroche.

Projet de la pièce de 10 centimes 1852 par Auguste et Albert Barre. (Monnaie de Paris | Photo F.Neuwald)

« Alors que son père Jacques-Jean, féru d’art antique mais retenu à Paris par un labeur acharné, n’avait pu le faire » précise son descendant « Albert vit et étudia sur place les merveilles grecques et romaines dont il demeura fort imprégné. En tant que peintre, il débuta au salon de 1843 par un Saint Christophe portant l’enfant Jésus. On peut citer aussi le retour de l’enfant prodigue exposée au salon de 1846, Plaute poète latin, au salon de 1848, Jean-Jacques Rousseau à seize ans au salon de 1851, les peintures murales de la chapelle Saint-Joseph dans l’église Saint-Eustache à Paris (…) »

Projet de revers pour la pièce de 5 francs. Albert Barre. (Monnaie de Paris | Photo F.Neuwald)

On l’aura compris, Désiré-Albert Barre était un dessinateur des plus habiles et, en tant que tel, son père le poussa — qui ne s’en serait douté ? — à la gravure.

S’il ne fit que l’aider, au début, il deviendra très rapidement son collaborateur. « Albert Barre a acquis très vite un grand talent de graveur » avoue Henri Regnoul-Barre dans ses écrits « si bien que durant la période 1845 – 1855, il y eut un certain nombre d’oeuvres qui, commandées à son père, ont été en partie, et parfois totalement, exécutées par lui. »

Alors allez deviner qui, du père ou du fils est l’auteur de certaines œuvres qui, comme je le disais plus haut, ne sont signés que du célèbre patronyme !

Dessin de l’Aigle Impérial par Albert Barre. (Monnaie de Paris | Photo F.Neuwald)

Car, ce n’est pas une légende, Albert aida bien son père pour la composition et le dessin de la maquette du timbre de 1848 et, en 1852. Alors qu’il n’était même pas encore « graveur adjoint », il dessina et grava la médaille militaire à l’effigie de Louis-Napoléon Bonaparte surmonté d’un aigle en bélière.

« Plus tard, en 1870, il transformera cette médaille et remplacera le profil de Louis-Napoléon par une tête de république surmontée, en bélière, par une cuirasse et des canons entrecroisés telle qu’elle se présente encore aujourd’hui. » Souligne Henri Regnoul-Barre.

Bien entendu, la monnaie n’est pas en reste dans l’oeuvre d’Albert Bart. Il en a gravé une quantité non négligeables, en bronze, en argent et en or. Pièces d’or toujours cotées en Bourse à l’heure où j’écris ceci…

5 Drachmes George I en argent de 1875. Graveur Albert Barre. (Source wikimedia.org)
Timbre de 1 centime Napoleon III serie Lauré 1870. Graveur Désiré-Albert Barre. (Source wikimedia.org)
Timbre de 1 centime Napoleon III serie Lauré 1870. Graveur Désiré-Albert Barre. (Source wikimedia.org)

Il a également gravé des monnaies pour « le royaume de Grèce », à l’effigie du roi Georges Ier, pour le Mexique, l’Équateur, la Colombie, le Venezuela et le Honduras, ainsi que pour la Tunisie et l’Égypte. Et ce n’est pas fini : « Tous les timbres-poste du règne de Napoléon III ont été gravés par Albert Barre, ainsi que les très beaux premiers timbres grecs, réalisés au moyen de son procédé personnel de fabrication (…) On lui aussi la célèbre médaille de Sainte-Hélène, commandé par Napoléon III en 1857 ! »

Carrière qui promettait encore beaucoup mais Albert Barre était de nature et de santé fragiles. Il s’éteignit brutalement le 29 décembre 1878 à l’âge de 60 ans.

Un immense merci à ceux qui nous ont permis de rédiger cet article, de prendre les photos qui l’illustrent et dont nous mettons parfois la patience et la gentillesse à rude épreuve : Dov Zerah, bien sûr, directeur de la Monnaie de Paris, Jean-Marie Darnis, archiviste en chef de l’Hôtel de la Monnaie sans qui nous serions totalement perdus, Jean-Luc Desnier, chargé du Médaillier de la Monnaie de Paris et tous ceux qui nous ont aidé de leur mieux.

Cristina Rodriguez

Article précédemment publié dans Numismatique et Change N°368 Février 2006

Galerie de la dynastie Barre

À lire sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.