La collection de monnaies non conventionnelles : le parcours du combattant

Les monnaies non conventionnelles 2/6

0 265

Les monnaies non conventionnelles attisent la curiosité des numismates et rares sont les collectionneurs qui ne souhaitent pas en posséder une ou deux.

Certains, cependant, aimeraient en faire leur collection principale, mais abandonnent assez rapidement… Soit parce que les numismates connaissent très peu ce type de monnaies, et qu’il est très difficile d’en trouver à la vente, soit parce que nombre des monnaies proposées sont des faux et que peu de gens à travers le monde savent différencier le grain de l’ivraie.

Jean-Pierre Garnier (Photo F.Neuwald)

« Quand je vois quelqu’un s’intéresser à ce type de monnaies, » note jean-Pierre Garnier, « j’essaye d’anticiper, je l’avertis de prendre garde à tel ou tel détail, mais ce n’est pas chose évidente. Si j’ai un conseil à donner, c’est de bien s’informer, et d’acheter de genre de monnaies auprès de professionnels qui s’y connaissent. Commencer toujours par les monnaies courantes, acheter une bonne pièce venue d’une collection occidentale expertisée. Car, quand la copie est presque parfaite, on ne peut pas dire à un non spécialiste de faire attention à ceci ou à cela, il pourrait aussi bien passer à côté d’une très belle pièce exceptionnelle qu’éviter d’en acheter une fausse. »

Car des faux, il y en a des dizaines de milliers en circulation, dont certains vendus par des numismates professionnels en toute bonne foi car ils ignorent les techniques précises de fabrication, ou les subtilités propres à chaque type de monnaie.

En haut, langue de tigre à surface perlée en argent fin.
En bas, faux d’époque en billon. Collection privée (Photos F.Neuwald)

« Aucun spécialiste ou collectionneur de monnaies non conventionnelles ne donnera de détails trop pointus à leur sujet, moi le premier. » Explique Jean-Pierre Garnier. « Les collectionneurs sont rares, les faux nombreux et les techniques des faussaires, elles, de plus en plus évoluées. Cela tient parfois à si peu que tout le monde peut être berné. Moi aussi, j’ai failli me faire avoir malgré mes 30 ans d’expérience. Je m’en souviens bien, c’était un lot de monnaies chinoises et j’ai été le premier en Europe à détecter cette série de faux tant la qualité en était extraordinaire. Certaines ont d’ailleurs été vendues pour des vraies. Mais je ne vous donnerai pas le détail qui m’a permis de les détecter. Si je le faisais, il tomberait tôt ou tard sous les yeux du faussaire, qui s’empresserait de le corriger. »

Comment s’y prendre, alors, lorsqu’on décide de se pencher plus attentivement sur ce type de monnaies ?

En s’armant de patience, cela va sans dire. Faire preuve d’intérêt, de curiosité, d’acharnement et de discrétion est essentiel pour se lancer dans ce genre de collection. Les informations viendront mais goutte à goutte, par d’autres collectionneurs, des experts, ou par ses propres recherches. Le néophite devra trouver des monnaies et être dupé à bien des reprises pour apprendre à les connaître, parfois même apprendre une langue « rare » pour en décrypter l’écriture. Les monnaies non conventionnelles viennent de pays, de cultures et d’époques très différents.

Il semble évident, après avoir rencontré plusieurs collectionneurs avisés, et que je remercie très sincèrement de m’avoir si aimablement ouvert leurs portes, que la passion des monnaies non conventionnelles est avant tout la passion des civilisations et de l’Histoire. C’est certes une collection difficile mais captivante, qui mérite persévérance et respect.

Cristina Rodriguez

Article précédemment publié dans Numismatique et Change N°362 – Juillet-Août 2005

Monnaies non conventionnelles

À lire sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.