Livres de numismatique

Articles disponibles

Gadoury Vert – L’enquête continue

La vente aux enchères des éditions V. Gadoury les 22 et 23 « Monaco 2021 » s’annonce comme une très belle vente de l’automne avec quelques monnaies d’exception, comme un essai en argent de l’Écu constitutionnel de 6 livres de 1791 par Vasselon, un essai de 5 lires Rome de  1914, ou encore une 20 Dollars 1907, Haut relief, Philadelphia MS62. Mais voilà qu’aux pages 74 et 75 de ce catalogue, apparaît une série de 14 plombs dits « Épreuves de contrôle »,  qui avait été précédemment figuré dans la vente aux enchères N°19 de la…

Gadoury Vert – L’enquête

La parution, en 2014, du Gadoury « Essais monétaires et piéforts français », plus communément appelé « Gadoury Vert », a provoqué un certain malaise dans le milieu de la numismatique. En effet, certaines monnaies ont soulevé de nombreux doutes, en particulier une série de 144 plombs qui y était dévoilée pour la première fois au public. Présentés comme « épreuves de contrôle », ces plombs, « jusqu‘alors conservés dans des coffres à la Monnaie de Paris », auraient été « sauvés de la benne » par un employé de l’institution.…

Cap sur l’Asie !

Les monnaies asiatiques déconcertent, amusent, soulèvent mille questions tant leurs formes sont diverses et leur nature parfois étonnante. Guidés par François Thierry, conservateur du fonds oriental du Cabinet des Médailles de Paris, nous allons principalement nous concentrer ici sur la monnaie Chinoise. La Chine, comme ce fut le cas pour la Grèce en occident, a largement diffusé sa culture monétaire dans les pays voisins (Corée, Japon, Vietnam, etc.), et même dans une grande partie de l’Asie centrale, puisqu’on retrouvera…

Lucien Bazor

Le nom de Lucien Bazor, Graveur Général des monnaies à la Monnaie de Paris de 1930 à 1958, est sans doute aussi célèbre que le personnage lui-même est méconnu. « En ce 14 juillet, Lucien Bazor, ancien Graveur Général des monnaies, est décédé. Il avait pris sa retraite en 1958, après 28 ans de carrière administrative.» Annonçait une parution officielle la Monnaie de Paris en 1974. Ayant officié durant presque 30 années, on pourrait croire que la documentation concernant le graveur est abondante. Il n’en est rien, et…

Jean Varin, de l’homme à la légende

Descendant d'une famille de sculpteurs et de médaillistes, Jean Varin est célèbre pour les oeuvres qu’il exécuta sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV, mais il est aussi l’homme sous la pression duquel se généralisera, dans les ateliers monétaires français, l'usage du balancier.  Les origines de Jean Varin (ou Warin) sont bien obscures, et les sources concernant ses jeunes années sont si réduites, ou tellement confuses, s'y mêlent tant de contradictions, qu’elles resteront probablement toujours soumises à caution.…

Le monnayage mécanique sous Louis XIII

Pour en comprendre les tenants et les aboutissants, il nous faut remonter jusqu’en 1550 alors qu’Henri II envoya Aubin Olivier, un mécanicien français, à Augsbourg. Celui-ci avait entendu dire qu'un orfèvre du nom de Marx Schwab, utilisait pour ses fabrications de bien étranges machines, à savoir laminoirs, coupoirs et balancier. Au bout de quelques mois, le bon Oliver revint à Paris avec son nouveau Matériel, qu'il installa dans un atelier qui prit le nom de Monnaie du Moulin. L'atelier poursuivit une activité réduite sous…

Varin au sein de la réforme monétaire

Ce que l'on appelle « la réforme de Louis XIII de 1640 » est en fait l'évolution logique de la mécanisation du monnayage. Le commerce et l’industrie se développant, il fallut augmenter la production pour palier les manques et faciliter les échanges. Un début de règne difficile, marqué au fer rouge par la Fronde, eut pour conséquence la fuite des capitaux à l’étranger, et par ricochet, une pénurie de métaux précieux puisque, si ces derniers quittaient le territoire, il n’y entraient guère. Louis XIII décida alors de…

Dérives sémantiques…

« Premier poinçon » et « deuxième poinçon ». Voici comment certains nomment respectivement l’effigie de Louis XIII au buste entièrement drapé à l'antique réalisée par Jean Varin, et le même Louis au buste drapé et cuirassé. « Cette appellation est une hérésie. » Affirme l’expert Numismate Jean-Pierre Garnier. « On se sert d’un poinçon pour faire des coins et, du premier type, il existe plusieurs poinçons, tout comme du le second. Cette appellation ne veut donc strictement rien dire. Il faudrait plutôt parler…

10 louis 1640 : une monnaie mythique

Le 10 louis 1640 à l'effigie de Louis XIII gravée par Jean Varin est la plus lourde monnaie d'or royale française. Elle pèse plus de 66 grammes et mesure près de 4,50 cm de diamètre. Ici, dans la paume de ma main, vous pouvez vous rendre compte de ce que cela peut représenter en terme d'échelle. Au droit : LVD.XIII.D.G. FR.ET.NAV.REX., tête du Roi laurée à droite ; dessous : 1640 Au revers : .CHRS.-.REGN.-.VINC.-. IMP., croix formée de quatre paires de L couronnées, cantonnée de quatre lis ; au centre : A. …

Jean Varin, faux monnayeur ?

0Tout a commencé par un pavé dans la mare lancé par Tallemant les Réaux dans ses Historiettes (1). Il y accuse ouvertement Jean Varin d'avoir fait de la fausse monnaie avant de venir en France. Le célèbre graveur aurait-il eu une âme de faussaire ? Certains y croient encore mais rien n'est moins sûr. Tout porte à croire que la « malédiction des homonymes », qui a donné tant de fil à retordre aux biographes de Varin et à moi-même, ait encore frappé dans ce cas précis. En effet, au début du XVIIe siècle, à Liège, un certain…
1 De 3